Pourquoi il ne faut pas se facher pour avoir perdu l’organisation de la CAN2017

viol stadeAu début j’ai dit “Merde !” Ensuite, en se calmant, j’ai un peu réfléchi et arrivé à la conclusion qu’après tout, ne pas pouvoir organiser la CAN2017 n’est pas une mauvaise chose. C’est même une bonne chose. En fait, nous sommes un pays qui n’est pas encore prêt pour recevoir des hôtes, même si ces hôtes viennent d’Afrique. Notre pays est comme une famille pauvre qui n’a pas les moyens pour offrir l’hospitalité à qui que ce soit. Notre pays est à peine viabilisé pour accueillir ses propres citoyens.

Mais là n’est pas le seul problème. On n’est même pas sûr qu’on ait l’infrastructure sportive adéquate pour accueillir des équipes africaines. Et là je veux simplement dire des stades au nombre suffisant et avec des pelouses au moins aux normes de ces pays qu’on voudrait accueillir. Je conçois bien que le gouvernement Algérien avait déjà pensé auparavant à cette éventualité, et avait débloqué un budget conséquent pour démarrer les travaux de plusieurs projets de stades. Mais là, hélas, s’arrête, comme toujours, le rôle du gouvernement, car finir les travaux à temps n’est jamais de ses prérogatives. Pourtant en Algérie, l’argent n’est pas un problème, et je ne serais pas surpris d’apprendre que l’argent débloqué suffirait pour l’organisation de “deux coupes du monde.”

Finalement, même si l’Algérie remplissait toutes les conditions infrastructurelles pour accueillir la CAN2017, il n’est pas sûr, que nos amis africains, prendraient le risque de jouer dans nos stades, avec des supporters Algériens dans les gradins. La mémoire du décès d’Albert Ebossé est toujours vive dans les esprits, et l’atteinte récemment du joueur Algérien Doukha par un projectile n’est pas pour arranger les choses. Il faut le dire franchement, il est impossible de faire la promotion d’un tel événement en associant le mot stade avec des mots tels que projectile.

En conclusion, les seuls hôtes qui pourraient bénéficier de l’hospitalité algérienne sont les transitaires tels les maliens, et les temporaires tels les syriens. Ceux-là seront ravis de partager, pour quelque temps, notre pain et notre sort.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s