Jeûner ou ne pas jeûner, est-ce la question?

de-jeuneursEn Algérie, les jeunes d’aujourd’hui posent des fois des problèmes pas facile à résoudre. Ainsi quelques jeunes de Kabylie se sont regroupés récemment en plein publique et en plein jeûne du Ramadan pour montrer à tout le monde qu’ils ne font pas le jeûne et qu’ils n’ont pas peur de le montrer. Bien sur j’étais surpris d’apprendre que le système légal algérien avait une disposition contre les gens qui n’observaient pas le Ramadan en publique. Par rapport aux bons musulmans que nous sommes, ça peut choquer plus d’un de voir ces jeunes, que tous espère voir grandir en bon musulmans, s’écarter du bon chemin. Mais surtout, ça ne plairait pas au bon Dieu, spécialement en ces derniers dix jours bénis de Lailat El Qadr. Mais je ne pense pas que ces jeunes aient délibérément choisi ces jours particuliers, sinon ça aurait été trop savant de leur part.

Evidement, ces jeunes veulent passer un message ou plutôt plusieurs. D’abords ils veulent exprimer leur choix de ne pas observer le  jeûne et surtout réclamer le droit de l’afficher en publique.  Et ça en soit est, à mon avis, quelque chose qui est du domaine des libertés individuelles.  C’est comme le port du voile et la consommation des produits alcooliques dans les lieux publiques — bars, hôtels, …etc. Où est le problème tant que ça n’entrave en rien la liberté des autres? Apres tout, même parmi les musulmans, beaucoup concéderaient aisément le droit aux gens d’afficher leurs affinités religieuses ou irréligieuses. En tout cas, moi, je n’ai pas de peine à discuter de ce problème s’il s’agissait seulement de ça. Je conçois bien que l’on veuille réguler l’ouverture les restaurants pendant le mois de Ramadan, mais voir quelqu’un savourer un bon sandwich frites aux omelettes avec de la harissa qui dégouline des côtés pendant que tout le monde est en jeune, ne devra pas poser de problème, autre que celui de manquer du respect envers sa communauté. Mais est-ce vraiment la question?

Il est claire que ces jeunes veulent attirer l’attention en se différenciant de leur communauté. C’est un cri, un de plus, pour dire à tous: “qu’on a que faire de votre Islam, de votre arabité et de votre régime”. C’est surtout des messages beaucoup plus politiques que ces jeunes ont voulu crier sur les toits. Toute en faisant leur démonstration d’irrévérence, en fait, ils ne font que relayer le discours des autonomistes kabyles, des laïques extrémistes, et du racisme anti-arabe. Pour eux, la profession de foi qu’a faite toute l’Algérie, et visiblement beaucoup plus la Kabylie, n’est autre qu’une “Islamisation rampante“.

Finalement, je ne peux que constater, une fois de plus, que les excès provenant de la Kabylie ont souvent trouvé une réponse appropriée des Kabyles eux mêmes. Ainsi le message des habitants de Tizi Ouzou, en organisant hier un Iftar collectif géant, était on ne peut plus clair.

Advertisements

5 thoughts on “Jeûner ou ne pas jeûner, est-ce la question?

  1. Précision: l’Iftar collectif géant était surtout le fait de hordes salafistes rameutées d’un peu partout à l’appel de Ali Benhadj.

  2. Je crois que cet opération de “de-jeûner” publiquement est plutot une subterfuge politique qui n’a rien à voir avec la défense de la liberté de conscience, ou l’expression d’une certaine jeunesse excédée par les problemes–i.e., d’ordre social, économique et culturel y compris leur liberté de conscience. Je crois que c’est une action organisee par mouvement politique séparatiste qui tire parti des l’impasse politique dans nous vivant et la paralysie de la classe politique algérienne.

    Cette action provoque une réaction, et la réaction va provoquer une autre et ainsi de suite. Le débat autour du “casse-croûte” en Algérie est malheureusement rien qu’un débat autour de casser croûte. Il n’ira pas plus loin que cela, et on n’abordera les questions comme, par exemple, la relations entre l’Etat et la religion, la religion dans la sphère privée ou publique etc., parce que nous n’avons pas une classe politique capable d’engager la nation dans de tels débats. Malheureusement pour nous…

    PS: Puis-je commenter en anglais dans le futur? C’est vraiment beaucoup plus facile pour moi. Si c’est ok avec vous, bien sûr.

    • Bien sur. Les commentaires dans ce blog sont les bienvenus en Arabe, en Anglais ou en Français.

      Quand à votre commentaire, je suis tout à fait d’accord et j’ajoute deux constats. Le premier est que le débat sur la liberté de conscience et la relation Etat-religion est nécessaire surtout pour des raisons pratiques mais aussi pédagogiques. Deuxièmement, et malheureusement dans la société algérienne, on à tendance à glisser vers nos extrêmes dès qu’un débat est commencé. On a plein de problèmes à résoudre, difficile à débattre, mais il faut le faire. L’actuelle classe politique qui squatte le paysage politique et médiatique est, à mon avis et à juste titre, à l’image d’une société en manque terrible de vrai débats depuis trop longtemps maintenant.

      • Merci! Vous pouvez faire la même chose sur mon blog. Vous pouvez commenter dans n’importe quelle langue (et j’ajoute l’espagnol si vous le pouvez :))

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s