Kamal Daoud et le manifeste de son pneu crevé

daoudK. Daoud, illustre écrivain-journaliste et coqueluche de l’opposition digitale,  résumait, en manifeste, sa conception du problème de la langue en Algérie, dans un article publié ici*. Il est clair, que K. Daouda a fait énormément d’efforts pour élaborer un texte qu’il a préparé mûrement en interpellant Mao, Franz Fanon et Abu-l-Ala al-Maari. Mais là n’est pas le propos de ce poste.

Le propos de ce poste est qu’à la lecture de ce manifeste, il ne m’a pas fallu plus que les premiers paragraphes pour voir sauter devant mes yeux la ressemblance éclatante qu’a K. Daoud avec 3ami Lhoucine dans l’histoire suivante.

Un beau matin, de bonheur, 3ami Lhoucine, ponctuel et appliqué qu’il était, s’apprêta à monter en voiture pour aller à son boulot. Il s’aperçut, alors, que l’un des pneus était crevé. Il réalisa tout de suite qu’il avait besoin d’un cric pour remplacer la roue. Il regarda à gauche, en suite à droite, et se rappela de son voisin, mécanicien de profession et bricoleur connu de tout le quartier, qui devait sûrement avoir un cric. Sur ce, il décida d’aller le voir et lui demander de lui prêter le cric. En allant voir son voisin, il hésita un moment et se demanda s’il était convenable d’aller frapper sur la porte de quelqu’un si tôt le matin juste pour lui emprunter un cric. Voyez-vous, 3ami Lhoucine est une personne prude et possède un respect excessif des convenances. “Et s’il n’avait pas de cric!” s’interrogea-t-il.  “Beh! s’il n’a pas de cric, se n’est pas la fin du monde” Se rassura-t-il. “Bon J’y vais” se décida-t-il finalement et se dirigea vers la maison du voisin. “Mais comment réagirai-je s’il faisait parti de ceux qui n’aiment pas prêter leur affaires?” Se demanda-t-il en ralentissant ses pas.  “J’espère qu’il ne va pas prendre ça pour une faveur!” Ajouta-t-il tout en pensant: “Et si jamais il s’avérerait mécontent de se faire réveiller si matinalement.” Une suite de scénarios se succédèrent dans sa tête, l’un plus angoissant que l’autre. Arrivé à la porte du voisin, il commença déjà à transpirer. “Après tout, je ne fais que lui emprunter un putain de cric, pour remplacer ma putain de roue et pouvoir arriver à temps à mon bordel de boulot” Répliqua-t-il avec le cœur qui commença à battre très fort. Il s’arma comme même de courage et frappa sur la porte quand il eut cette idée alarmante: “Ouai! Mais je n’accepte pas qu’il me ferme la porte sur le nez non plus!” Là, la porte s’ouvra et avant même que le voisin eut le temps de dire quoi que ce soit, 3ammi Lhoucine lui assena: “Ton putain de cric tu peux le mettre là où je pense, car finalement je préfère mille fois marcher des milliers de kilomètres pour aller à ce putain de bordel de boulot qu’à me faire petit devant un minable cavé comme toi, et de toute façon c’est déjà te donner trop d’importance que de venir en personne et frapper à ta putain de porte!”

* Djazairi : le manifeste de Ma Langue par Kamel Daoud. http://www.algerie-focus.com/blog/2013/06/04/djazairi-le-manifeste-de-ma-langue-par-kamel-daoud/#sthash.GZSeuIgk.WB44lvVH.dpuf.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s